Seattle Teen Gives Rwandan Girls The Gift of Education

Click here to find out more!Huffington Post
You are never too young to change the world,
and Jessica Markowitz is living proof.
The Seattle Times reports that Markowitz was
just a sixth grader when she learned about
Rwandan children who were orphaned
by genocide and war.

She rallied her classmates to raise money
to support Rwandan girls, and three years later,
has raised nearly $40,000.
By the way, she's only 14 years old.

Markowitz is the founder of a charity

called IMPUWE -- the Rwandan word

for compassion -- that currently sends

22 needy Rwandan girls to school.

IMPUWE, which also stands for

"inspire and motivate powerful,

undiscovered women with education,"

is expanding with five more

chapters at Seattle high schools.

On Nov. 5, the Garfield High School
freshman will receive the 2009 World of
Children Founders Award at
UNICEF in New York.
The award honors people around
the world who are creating innovative
programs for children in need.

With the $15,000 prize, Markowitz
plans to help build a library
in Rwanda focused on girls.

She has gone on to partner with a local

girls school in Rwanda and spent the past

summer teaching English to Rwandan

schoolchildren. These experiences have clearly

given her a wisdom beyond her years:

"I just think it's really crazy at this age
how much you can make a difference,"
she said. "I guess what's really changed
me is just being thankful for everything
and never forgetting or giving up,
no matter hard it gets sometimes."

Jessica is just one young social entrepreneur

working to change the world.

Check out our youth activists slideshow

to see even more fresh-faced world-changers.

Link here



Peterkin elected to International Olympic Committee

President of the International Olympic Committee
(IOC), Jacques Rogge (fourth from the left)
along with the six new members elected
to the IOC.
President of the St Lucia Olympic Committee,
Richard Peterkin, is on the extreme right

Written By: David pascal

The President of the St Lucia Olympic Committee
(SLOC) is among the new members elected
to the International Olympic Committee (IOC),
following the recent 121st IOC Session in Copenhagen.

SLOC President, Richard Peterkin, is one of
six new members from four different continents
elected to the IOC.

The other five members are: Crown Prince
of Denmark, HRH Frederik; Habu Ahmed Gumel (Nigeria);
Habib Adul Nabi Macki (Oman);
Lydia Nsekera (Burundi);
and Goran Petersson (Sweden).

At a recent press conference at Olympic House,
Peterkin who is thrilled to be among
the distinguished group said: " This was
the first time I attended an IOC session
and I found the manner
they make decisions extremely interesting."

Speaking about his membership to the IOC
Peterkin remarked: "This is certainly
a great honour.
It is something I never felt was possible
when I first became president.
I began to think it was slightly possible
in 2000 when I was appointed Treasurer of PASO.
As years went by I realized it does
not come naturally. You need support,
you need sponsors, you need help but
at the end of the day it opens doors."

Don't expect any miracles or preferential
treatment for St Lucia, now that Peterkin
is rubbing shoulders with several
influential individuals at the IOC.
While being an IOC member opens doors
through networking, it does give him
any personal clout or
translate into programs for St Lucia.

Peterkin was nominated as an individual
member and not because he is
the SLOC President. If for any reason
he steps down from that position,
he would remain an IOC Member.
However, a criteria he must fulfil during
his eight year term is continue
to live in St Lucia.
If he decides not to,
he would relinquish his IOC Membership.

Commenting on the procedure when it
came to electing the six new members,
Peterkin said: "We were asked to leave
the room then each of the new members
were elected one by one.
It was a free vote, secret ballot.
It was up to the IOC members to reject
or affirm the six that been
nominated by the executive body."

Peterkin made special mention of new
IOC member Nsekera who is President
of the Football Federation
in Burundi - she is the only female among them.

"One of the things we learned is that
the IOC wants to have more women
involved in the IOC and they are
looking for good nominations," said Peterkin.

The first day of 121st IOC Session,
dealt with which country would host
the Summer Olympic Games in 2016
which turned out to be Rio de Janeiro.
Peterkin feels the decision is great
for South America which will host
the Olympic Games for the first time.

Two sports golf and rugby seven's,
were nominated by the board and
accepted by the board as the sports
to replace softball and baseball in 2016.
The two had been recommended
by the IOC Executive Board in August
following an extensive evaluation
by the Olympic Program Commission.

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

Date set for signing EAC market protocol

Presidents of
Tanzania, His Excellency Jakaya Kikwete
Uganda,   His Excellency Yoweri Kaguta Museveni
Kenya,     His Excellency Mwai Kibaki
Burundi,   His Excellency Pierre Nkurunziza
Rwanda,   His Excellency Paul Kagame

East African Community


The signing of the long-awaited East African
Community Common Market Protocol will finally
take place during the climax of
EAC's 10th anniversary on November 20, 2009
in Arusha, Tanzania the secretariat has confirmed.

This will mean that when the protocol comes
into force next July, there will be free movement
of goods from one EAC country to the other.

Industries in the region will also have to set
their sights on serving a larger market
comprising over 100 million people within the region.

The protocol will be signed by the five EAC heads
of state during their summit here, according to
a statement by the directorate of
corporate information and public affairs.

The EAC common market is among key areas
of regional economic integration, which was
launched in January 2005.

It will also be a significant step towards
the envisaged monetary union.

The foundation stone for EAC's headquarters
complex to be constructed in Arusha will also be
performed by the presidents of Tanzania, Uganda,
Kenya, Burundi and Rwanda.

Link here


BlackBerry Watch Coming Soon? Destined to Fail??

 Rumored Image of RIM's "inPulse
SmartWatch" BlackBerry Watch

RIM is reportedly working on a BlackBerry Watch,
possibly called the "inPulse SmartWatch,"
that lets you view new-message alerts
on your wrist so you don't have to reach
into a pocket or bag to remove
and check a smartphone.
But will BlackBerry users actually employ it?
By Al Sacco

The first mention of the "BlackBerry Watch"

came last May in a BoyGeniusReport.com (BGR) post

in which writer Michael Bettiol detailed

a recent conversation with Research

In Motion's (RIM) VP of Advanced Accessories,

Antoine Boucher. (I too sat down with Boucher

during the same week at

the company's annual Wireless Enterprise

Symposium (WES), and he had some

interesting details to share

about the company's brand new

HS-500 Bluetooth headset.)

In the BGR post, Bettiol raised the idea

of a Bluetooth BlackBerry watch to Boucher,

and got a non-committal response

that suggested such a product

could potentially be in the works.

A few months later, the BlackBerry-watch-fervor

was sparked anew when additional blogs

picked on the story, but we haven't heard

much on the subject since August.

Today, Kevin Michaluk of CrackBerry.com

posted what he claims is definitive proof

that the BlackBerry watch, thought to be named

the inPulse SmartWatch, is not only

in RIM's product pipeline,

it's "getting announced soon."

I remember reading that original BGR post

and snickering, thinking "Who the hell would

want a watch to display your

BlackBerry message-notifications??

That's just goofy." But if today's CrackBerry

report proves true--and the site has

an impressive track recording of

breaking similar scoops--RIM apparently

sees the market for a BlackBerry watch

differently than I do.

CrackBerry.com polled its readers in August

to gauge interest in a BlackBerry watch,

with 37 percent of the poll's roughly

16,000 respondents saying "Maybe, I'd have

to see it first." Thirty-six percent of respondents

said they would use a BlackBerry watch

and the remaining 27 percent said

they had no interest such a product.

Personally, my mind hasn't changed;

I have no interest in a BlackBerry watch

beyond seeing how it actually works.

Nor can I see many of RIM's traditional

business-customers being

particularly intrigued, so I can only imagine

the product would be aimed at consumers.

So far, the only thing we really know about

the "InPulse SmartWatch" for BlackBerry is

that it displays message notifications,

new chat alerts, RSS feed highlights, etc.

As pointed out on CrackBerry.com, future APIs

for developers could allow for third-party

application notifications to be

displayed on the watch, as well.

And such a product would presumably

connect to your BlackBerry using Bluetooth.

Michaluk also says the inPulse SmartWatch

will be made by "a new BlackBerry-dedicated

accessories company," which suggests

we might see multiple styles

of BlackBerry watch and not

just the one pictured above.

I don't wear a watch regularly,

and I cannot see changing that fact

just for a watch that tells me I have

new messages on my smartphone

and who they're from--my BlackBerry

rarely leaves my grasp anyhow.

Even if I did wear a watch, I don't think

I'd get rid of my existing rig

for a BlackBerry one, unless of course

it offered some truly unique

and/or valuable functionality.

It would also have to be stylish,

and judging from these first pics...

well, it's not exactly stunning.

So unless RIM packs some amazing,

new and as-of-yet unforeseen features

into this badboy, I see this product

going nowhere real fast-like.

(Can you say, Palm Foleo??)


Link here



Ruling on Quebec language law gives hope to immigrant parents

Viola Vathilakis is principal of Sinclair Laird
School in Montreal. She has seen enrollment
at her school drop by half in
the seven years since the inception of Bill 104.

John Morstad for The Globe and Mail

Supreme Court strikes down law that has
blocked children from attending English-language schools

Montreal and Toronto 

For thousands of francophone and immigrant parents
in Quebec who want to send their children
to English public schools but are
barred from the system, a Supreme Court
ruling Thursday seemed to offer hope.

"This is really wonderful news, it's
a great decision," said Virender Singh Jamwal,
one of the 25 parents who fought in court
for seven years for the right to send
their kids to school in English.

But in its attempt to reach
a rare compromise in Quebec's volatile
language politics, the court may have
managed to prick nationalist sentiment
without doing much to protect
Mr. Jamwal's educational preference.

In a 7-0 decision, the court struck down
a law known as Bill 104 that, since 2002,
has blocked some 8,000 children in Montreal
 alone from attending English-language schools.

The law had closed a loophole that allowed
otherwise ineligible families to get into
the English public system by first enrolling
at least one child in an expensive,
privately funded English school.

But Thursday's ruling left Bill 104 in effect
for a year, giving the Quebec government time
to create a more supple law that would
take individual circumstances into account.

In the unanimous decision, Mr. Justice Louis LeBel
also made it clear that the province's objectives
in enacting the legislation were "important and legitimate."

The province can take another run at closing
the loophole, but it must be more carefully
tailored in reaching its objective, Judge LeBel said.

"It's essentially a tie," said Brent Tyler,
the lawyer who represented the parents.
He criticized the court for refusing to enact
the full force of its decision immediately,
given that it found the law violated
constitutional linguistic rights.

"Its been very hard to explain to my clients
what happened today," Mr. Tyler said.

Mr. Jamwal, who was among the parents
driving the Supreme Court challenge,
typifies the determination of some parents
to have their children educated in English.

After the law was passed blocking
the private school route to English schooling,
he didn't wait for the court to sort it out.
He moved his wife and three children
to Hawkesbury, Ont., where his daughter
and two sons attended English-language school.

After two years, they rejoined Mr. Jamwal
in Montreal, where the children's time
in Ontario qualified them to enroll
in the school of their choice.

"For me, the problem is solved,
but I'm really happy for the other people,
" Mr. Jamwal said.

Kevin Queenland-Smith, the son of
Jamaican immigrants, was forced into
the French system in elementary school.
Now 17, he had failed one grade and was
on the verge of flunking Grade 9 when
he dropped out. He has just completed
his diploma through an English-language
adult education program.

He hopes the ruling will help his
younger brothers, who have
their own struggles in French school.

Parents in Quebec must prove they or at
least one of their children have a link
to English schooling in Canada before
any of their children can go
to English public school.
The hurdle usually forces the offspring
of francophones and immigrants
into the French system.

The laws are designed to prevent English,
which was traditionally the first educational
choice for most immigrants,
from swamping French in Quebec.

Parents figured out that enrolling their kids
for a year or sometimes less
in English-language schools that were
private and unsubsidized could satisfy
the letter of the language law and allow them
to send their children to English public schools.

The ploy was a chief source of new students
for the Montreal English school system,
which has suffered chronic declining enrolment.

Leaders in the English school system,
which intervened in the case, implored
Mr. Charest to give them a say in any new law
and allow the system at least a fraction of new arrivals.

"We have no security for what will happen
in a year," said Angela Mancini,
chairwoman the English Montreal School Board.

"It's a double-edge sword,
but we hope the government will
take this as a nudge."

The court took more immediate action
on one front, ruling that temporary residents,
children with serious learning disabilities
and those with serious family
or humanitarian situations can attend
English or French schools.

Judge LeBel said Bill 104 was
 "total and absolute, and it seems excessive
in relation to the seriousness of the problem."

The trick for legislators will be screening out
those who are exploiting the system
to circumvent the province's orientation towards
French-language education, while at the same time
take into account the nuances
of each child and family, he added.

Link here

Sent from Kigali, Rwanda


La Chine, eldorado du cognac

Pékin Correspondant

"La crise ?
Quelle crise ?
Les riches n'arrêtent pas de devenir plus riches"...
Le 14 octobre, le quotidien anglophone officiel
China Daily proposait en "une" ce titre
alléchant et provocateur.
On savait déjà qu'en 2009, dans un contexte
de crise financière planétaire, la Chine a non
seulement tenu le choc mais que son plan
de relance a porté ses fruits.

Son taux de croissance devrait atteindre
les 8 % cette année, vient de confirmer
jeudi 22 octobre le Bureau des statistiques.
Au troisième trimestre, il aurait même
crû de 8,9 % sur un an.
La progression du nombre de milliardaires est
tout aussi spectaculaire : selon la "Huchun list rich",
qui, depuis une dizaine d'années,
tient le compte des ultra-fortunés
de la République "populaire", le nombre
de milliardaires est passé de 101 en 2008
à 130 en 2009 !

Une progression foudroyante illustrant tout
à la fois l'enrichissement global du pays
et le fossé qui ne cesse de s'élargir
entre riches et pauvres.
A cet égard, le fameux "coefficient Gini",
qui mesure les inégalités de revenus
dans une population donnée,
plaçait en 2008 la Chine en deuxième position
des nations où les disparités sont
les plus fortes parmi 13 pays industrialisés
et émergents, avec un taux
de 0,469, juste derrière le Brésil.

Le premier milliardaire chinois a opéré
une impressionnante remontée puisqu'il
n'occupait en 2009 que l'une
des dernières places : Wang Chuanfu a 43 ans,
il est à la tête de la société Bi Ya Di,
(Byd, soit "Build your dreams", construisez vos rêves)
qui fabrique des batteries et une voiture électrique.
Il a réussi à se propulser au sommet grâce
aux investissements massifs, dans son entreprise,
de l'homme d'affaires américain Warren Buffet,
qui a fait bondir le cours de Bourse de l'entreprise.

Du coup, la fortune de M. Wang est évaluée
à plus de 5 milliards de dollars.

Sur la deuxième marche du podium, se tient
la "Reine du papier", Mme Zhang Yin,
dont l'entreprise familiale Les Neuf Dragons
lui a permis d'accéder à la place de dauphine.
La dame "pèse" 4,9milliards de dollars.

Une autre Chinoise a dû rétrocéder cette année
de sa place de leader : Yang Huiyan, 28 ans,
fille d'un magnat de l'immobilier, s'était hissée à
la première place l'année dernière mais
se retrouve quatrième, avec seulement
4,6 milliards de dollars
sur son compte en banque.

Mais pourquoi sont-ils si riches ?
Selon Rupert Hoogewerf, un ancien consultant
britannique basé à Shanghaï qui dresse
cette fameuse liste des "rich chinese people",
l'urbanisation accélérée de la Chine
ces dix dernières années explique
en grande partie les spectaculaires réussites
de ces hommes d'affaires dont beaucoup
ont fait fortune dans l'immobilier.

C'est le cas de dix des nouveaux Chinois
les plus riches. Désormais, la Chine abrite
la deuxième population mondiale de milliardaires,
après les États-Unis (qui en ont 359).
Le "club" de ces 130 personnes cumule
un pactole de 571 milliards de dollars
(environ un sixième du PIB chinois).

Il n'est donc guère surprenant, dans
un tel contexte, que la Chine soit devenue
aujourd'hui l'une des cibles de choix
pour l'industrie du luxe.
Il y a une quinzaine de jours, Rémy Martin
avait ainsi décidé de lancer son
tout nouveau cognac très haut
de gamme près de Guilin, cette région
de la province méridionale du Guangxi connue
pour ses paysages de pains de sucre
noyés de brume.

Dans un grand parc dédié à l'art contemporain
aménagé par un Taïwanais lui aussi milliardaire,
sous les explosions de feux d'artifice célébrant
la toute première dégustation du nouveau
"Louis XIII Rare Cask" ("tonneau rare"),
présenté dans un flacon de cristal
de baccarat noir, la maître de chais Pierrette Trichet
a détaillé, devant une centaine d'invités
triés sur le volet - dont des passionnés
chinois du cognac -, les vertus de ce breuvage d'élite.

La stratégie de Rémy Martin consiste ici à jouer
à plein les valeurs de l'exception, du luxe ultime,
en expliquant que le nouveau "Louis XIII"
a été découvert dans un "tierceron"
(barrique contenant environ 560 litres d'alcool)
de la "Grande Champagne" où, depuis
une centaine d'années, quelque
1 200 eaux-de-vie mûrissaient en secret leurs arômes...

Le résultat est ce nouveau cognac dont le prix
est à la hauteur de sa rareté : 786 carafes titrant
43,8 degrés d'alcool, pour la somme
d'environ 10 000 euros chaque !

La version précédente du "Louis XIII",
dont la première bouteille, vendue
sous une appellation différente,
arriva pour la première fois à Shanghaï en... 1883,
se vend dans les grands restaurants
et les épiceries de luxe du monde entier
entre 1 500 et 2 000 euros.

Le fait de faire "avaler", si l'on ose dire,
ce double bond qualitatif et quantitatif
par un aréopage de Chinois, de longue date
conquis aux vertus du cognac,
se justifie par la place de la Chine
dans le marché
des alcools de luxe : l'un des vice-présidents
de Rémy Cointreau, Damien Lafaurie,
explique que, pour les produits cognac
de la branche Rémy Martin du groupe,
la Chine représente 20 % du marché,
juste derrière les États-Unis (40 %).

Et pourrait bien devenir le marché
numéro un d'ici cinq ans.

"En ce qui concerne notamment les ventes
de "Louis XIII", la Chine est le pays
où la croissance est la plus forte,
explique M. Lafaurie.
Nos cibles sont les gens qui, après
avoir acquis un certain niveau d'aisance,
désirent découvrir un art de vivre à la française.

Parce que nos produits sont au cœur
d'une tradition d'hédonisme et de convivialité,
ils sont prisés en Chine,
où l'on privilégie le partage et le culte du cadeau."

La République populaire est un univers
complexe et pluriel où de nouvelles terres
restent à conquérir pour (entre autres)
les vendeurs de cognac qui, toutes marques
confondues, ont écoulé en Chine,
entre septembre 2008 et 2009,
31 063 d'hectolitres d'alcool pur,
ce qui en fait le troisième pays
le plus assoiffé après les États-Unis
et le petit État de Singapour...

"Hongkong est désormais un marché saturé,
détaille Mabel Wong, du bureau
de Rémy Cointreau à Shanghaï.
Pékin reste plus friand de whisky
ou d'eaux-de-vie locales. En revanche,
des villes comme Canton, Macao
et celles de la province du Fujian, au sud,
sont en train de croître
en termes de vente de cognac..."

Après avoir siroté un verre de
"Louis XIII Rare Cask", un milliardaire chinois
justifiait l'autre soir les raisons
de sa passion : Frank Lin a fait fortune
en créant une marina pour yachts dans l'île
de Haïnan et estime que, "lorsque l'on a atteint
un certain niveau de vie, on a envie d'en profiter.

Pour nous, une bouteille de prix comme celle-là,
c'est le symbole d'un statut social".
Plus tard, un autre riche Chinois nous glissera
en confidence à l'oreille : "Vous savez,
une bouteille de cognac comme ça,
c'est aussi une monnaie d'échange.
Je ne vous fais pas un dessin, hein ?
En Chine, il faut bien récompenser
les fonctionnaires ou les gens du parti
qui vous aident, vous voyez ce que je veux dire ?... "

Bruno Philip

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

Les émigrés africains transfèrent chaque année 40 milliards de dollars dans leurs pays d'origine

© Lee Jae Won / Reuters
L'Afrique manque de points de retrait
permettant de percevoir
l'argent envoyé par les émigrés.

L'Afrique reçoit des sommes considérables
des migrants partis travailler sur d'autres continents,
mais le manque d'information, de concurrence
et de régulation empêche cet argent d'agir
pleinement sur le développement.

C'est ce que révèle un rapport de
l'International Fund for Agricultural Development
(IFAD), publié jeudi 22 octobre à l'occasion
d'un forum sur les transferts de fonds
organisé à Tunis par cette agence de l'ONU,
pour mobiliser banques centrales
et gouvernements sur la question.
La première surprise de ce rapport tient
en un chiffre : d'après l'IFAD, 40 milliards
de dollars (26,7 milliards d'euros) sont envoyés
chaque année à leurs proches
par les émigrés africains. Ce montant était
jusqu'alors inconnu, mais il était estimé
entre trois et quatre fois moindre.

"L'Afrique avait toujours été une énigme
en ce qui concerne les transferts de fonds",
explique Pedro de Vasconcelos,
économiste à l'IFAD et coauteur
de ce premier état des lieux. "On les évaluait
généralement entre 10 milliards
et 17 milliards de dollars.

Même les banques centrales africaines
n'avaient aucun chiffre."

Ce manque d'information a
des conséquences en cascade : "L'impact
des transferts est colossal, mais sous-utilisé.

L'argent est là; le problème,
c'est le manque d'options. N'ayant pas
conscience des montants en jeu,
les gouvernements ne se préoccupent
pas de réguler le marché ou
de rendre ces sommes productives,
pas plus que le secteur privé",
explique M. de Vasconcelos.

Résultat, le marché des transferts est détenu
à 64 % par deux acteurs seulement, Western Union
et MoneyGram.
Faute de concurrence, le taux des commissions
est d'environ 10 % en moyenne en Afrique – où
il peut même atteindre 25 % –, contre
5,6 % en moyenne dans le monde.

"Si on réduit ce taux de moitié,
2 milliards de dollars de plus arrivent
dans la poche des familles chaque année,
résume l'économiste de l'IFAD.

En Amérique latine, l'ouverture
du marché a fait chuter les taux
de 15 % à moins de 5 %."

La concurrence aurait un
autre avantage : la multiplication des points
de retrait, dont les zones rurales africaines
sont largement dépourvues.
Or un tiers des transferts sont destinés
à des familles rurales.

"Le Mexique dispose d'autant de points
de retrait que toute l'Afrique, avec une population
dix fois moindre", compare M. de Vasconcelos.
"Pour beaucoup d'Africains, aller chercher
cet argent, c'est un ou
deux jours de travail perdus."

L'agence des Nations unies propose
de transformer les bureaux de poste
en points de retrait, alors qu'ils n'en
ont aujourd'hui pour la plupart
ni le droit ni les moyens.

L'IFAD vient de signer un accord
avec l'Universal Postal Union
pour travailler en ce sens.

D'autres solutions existent.
Au Kenya, le téléphone mobile devient
un des moyens les plus économiques
d'effectuer des transferts d'argent.
Le Kenya est aussi un des rares pays
à autoriser les institutions de microfinance
à opérer ces envois de fonds.

Dans toute l'Afrique, ces organismes ne forment
que 3 % des points de retrait.
Leur ouvrir le marché des transferts
suffirait à doubler le nombre de guichets,
selon l'IFAD.

Surtout, au lieu d'un simple mécanisme
de consommation, "cela créerait une dynamique
locale d'épargne et de microcrédit,
qui donnerait une tout autre dimension
à l'économie", estime M. de Vasconcelos.

Car si l'essentiel de l'argent des transferts
de fonds sert à faire face à
des dépenses de première
nécessité – nourriture, logement, santé
ou éducation –, "5 à 10 milliards de dollars
sont disponibles pour l'épargne
et l'investissement", selon le rapport.

Des sommes capitales en pleine
crise économique, alors que l'aide publique
au développement s'essouffle
et que les investissements directs
étrangers s'effondrent.

Les transferts des migrants souffrent
eux aussi : ils ont chuté de 12,7 % depuis
le début de l'année selon l'IFAD.
Un choc d'autant plus rude que
ces envois avaient connu une croissance
moyenne de 17 % dans le monde depuis
dix ans, et que "par rapport à d'autres régions,
l'Afrique dépend vraiment des transferts
de fonds", précise M. de Vasconcelos.

Grégoire Allix

Link here


BBC rejects call to ban BNP's Nick Griffin from Question Time

Nick Griffin will go on Question Time tonight after the BBC rejected last-minute calls to ban him.

By James Lyons 

Nick Griffin will go on Question Time

tonight after the BBC rejected

last-minute calls to ban him.

The corporation's governing body met

in emergency session to hear

appeals for the far-right BNP leader

to be booted off the panel.

Cabinet minister Peter Hain and Trevor Phillips,

chairman of Britain's race watchdog,

had begged the BBC Trust

to block the show. But a senior

Westminster source

said: "They turned the request down."

A bitterly disappointed Mr Hain said

the BBC had "made one of

the biggest mistakes in its proud history".

The decision to allow Griffin on the show

sets the scene for violent confrontations

outside the BBC television centre

today with anti-fascist demonstrators.

About a thousand are expected

to protest outside the West London

building as the programme is recorded.

Police have put 300 officers on stand-by

and the BBC has drafted in 60 extra

security guards to deal

with any problems inside.

Bnp members and left-wing opponents

will be in the 200-strong studio audience.

But despite the fears of violence,

BBC chief political adviser Ric Bailey

said the Corporation would have

breached its charter had it

not treated the BNP with impartiality.

He said the decision to have Griffin

on the programme was based

on the party's success in June's European

elections at which it won more

than 940,000 votes and two seats.

He added: "We absolutely stand

by our judgment." Welsh Secretary Mr Hain

said the BBC was ignoring its

duty to promote "diversity and tolerance".

He added: "I am very sad the BBC

I grew up with and held in such

high regard has made one

of the biggest mistakes in

its proud history.

"Nick Griffin has today confirmed that

I was right. He feels that the BBC

have given him an early Christmas present.

This gift of credibility will

last him a political lifetime."

He went on: "It saddens me to see

that BBC executives have become

apologists for the BNP, lauding

the recent electoral success of the BNP

as a new 'threshold' which

the Corporation must respect.

"They have gone to extraordinary

lengths to give the BNP a platform,

and the credibility they crave."

Trevor Phillips, head of the Equalities

and Human Rights Commission,

had written to BBC Trust chairman

Sir Michael Lyons and director general

Mark Thompson, saying the BNP's ban

on non-white members means

Griffin must not be given air time

alongside regular politicians.

He stopped short of threatening

legal action. But he pointed out that

only last week a court ruled

the BNP acted illegally

by restricting membership

to "indigenous Caucasians".

Griffin and his colleagues agreed

to try to change his party's constitution

in the wake of the humiliating verdict.

Mr Phillips said that until that

happened the BNP was not lawful

and should not be treated

the same as other political parties.

A bbc Trust spokeswoman

said Mr Phillips's views had been "noted".

Question Time is being recorded

early so lawyers can trawl

through the footage to remove

anything that breaks race or libel laws.

Last night an academic warned

that Griffin's appearance

could double support for the BNP.

That happened to the Front National

party in France when leader

Jean-Marie Le Pen was

featured on a political programme in 1984.

Dr Jim Shields, associate professor

in French Studies at Warwick University,

said Le Pen's appearance was

"a real milestone" in his acceptability.

He went on to come second

in France's 2002 presidential election.

Griffin has stoked fury ahead

of the programme with an

outrageous slur on ex-army chiefs.

He compared the generals to Nazi war

criminals after they accused him

of cynically exploiting our troops

by using them in campaigns.

The slur was condemned b

y Col Richard Kemp, ex- commander

of UK forces in Afghanistan, who

rejected Griffin's claim to have

support among rank-and-file troops.

The former commander said

Griffin's fascist ideology was the

"other side of the coin" to Islamic

extremism and went against

the proud traditions of the Armed Forces.

He added:"The BNP's divisive politics

would destroy that trust and fighting spirit."



Bbc chiefs have ordered

Dimbleby not to give Nick Griffin an easy ride.

They are relying on the 70-year-old

veteran host to stop

the debate turning into a slanging match.


As a non-politician, the playwright

will have more freedom to speak her mind.

American-born Greer, 60,

can draw on her experience as

a black woman to talk

authoritatively about racism.


The Lib Dem Home Affairs

spokesman is one of his

party's strongest performers

who will refuse to be

goaded by Griffin. But he will

have to fight hard to avoid

coming over as soft on crime.


The Shadow Communities minister

was parachuted in to

David Cameron's team in

a bid to show Tories have changed.

A strong performance from her

would be a humiliation

for Griffin and his racist party.


The Justice Secretary is one

of Westminster's best operators.

He has handled racial tension

in his Blackburn constituency.

He has faced flak over

expenses and Griffin will target

his close links to Muslim groups.

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

Demands intensify for inquiry into ties between Mafia, construction, politics

QUEBEC - Political pressure mounted on

the Quebec government as calls intensified

for a public inquiry into ties

between politicians, construction companies,

and organized crime.

Opposition parties tabled a motion in

the provincial legislature Wednesday

demanding an inquiry.

John Gomery - who led the historic inquiry into

the federal sponsorship scandal - was

omnipresent on Quebec's TV news

networks also demanding a probe.

The calls for a new inquiry followed

incendiary reports of the Italian Mafia and

construction companies colluding

to drive up the price tag

on public-works projects in the province.

Premier Jean Charest fended off furious

accusations from opponents

who demanded to know

why he'd resist such a demand.

"Why are you in politics?"

Opposition Leader Pauline Marois

asked him Wednesday during a debate.

"Why is the premier in politics?

To serve his own interests

or to serve the people of Quebec?"

Charest angrily shot back that

Marois was lowering the level

of debate in the chamber, and said he'd let

the police investigate

before making any decisions about a probe.

"There are investigations - and I'm using

the plural here - that have been going

on for quite some time," the premier replied.

"We need to give police the chance

to do their job. And if we (eventually)

need to go farther, we will go farther."

Gomery, who has a vested interest

in the debate as head of campaign

fundraising for a Montreal municipal

opposition party, was back

in the limelight Wednesday.

He dismissed the premier's explanation

as the classic politician's response

to a corruption scandal.

Indeed it's the identical response

given by the federal Liberal party

until Paul Martin hired Gomery,

a now-retired Quebec judge,

to lead what would become

the politically explosive sponsorship probe.

The push for an inquiry comes

as news reports allege the Mafia

has been co-operating with

construction firms to jack up

the prices of public-works projects.

Experts on the mob say

the practice exists all over the country.

The timing of the reports could hardly

be more awkward: Ottawa and

the provinces are now showering

the country with billions in construction

spending in the most expensive

infrastructure program in Canadian history.

The news emanating from Quebec

has tossed the current Montreal

mayoral race into disarray with

the taint of scandal hitting both

city hall and its main opposition party.

The repercussions of the corruption

allegations have quickly

exploded beyond

the Nov. 1 municipal election.

Federal Justice Minister Rob Nicholson

has been asked whether he might

call a federal inquiry and has

not ruled out the possibility.

And Charest's government, which

has weathered the recession with

its popularity unscathed, suddenly

finds itself being dragged into

a corruption controversy

by increasingly aggressive opposition attacks.

In addition to demanding a probe,

the opposition handed out old newspaper

clippings Wednesday about

a Charest vacation to Mexico

in 2000, paid for by

a construction-industry association.

The governing Liberals countered

that Marois has refused to disclose

donors who helped finance

her leadership bid starting in 2004.

The debate intensified last week

following a report on

the French-language network.

It cited a bureaucrat-turned-whistleblower

who claimed the Italian Mafia

controlled 80 per cent of Montreal's

road-construction contracts,

and said contracts cost

35 per cent higher in the city

than they should cost.

The network also interviewed

members of the construction

industry who reportedly

confirmed the practice.

They said bosses of the city's

so-called 'Fabulous 14' construction

companies would collude to pick

the winner of every public

infrastructure tendering process.

One member of the consortium

would submit a bid at an artificially

high price - then nobody else would

submit a lower bid, so that

different companies could

take their turn at the public trough.

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

Le «Pentagigatweet» a été atteint par Twitter!

Le site de microbloging Twitter aurait atteint

son cinq milliardième tweet, grâce à un message

publié par Robin Sloan, un cadre chez Current Media.

C'est d'ailleurs cet utilisateur de San Francisco

qui aurait baptisé son tweet de «Pentagigatweet».

Ce qui a permis d'identifier le tweet de M. Sloan

comme étant le cinq milliardième est de chiffre

retrouvé à la fin de l'URL de son message,

comme les lecteurs pourront l'observer dans l'hyperlien.

Ce chiffre semble tenir le compte

du nombre de tweets, au fur et à mesure

qu'ils sont envoyés sur Twitter.

Une application tierce nommée «Gigatweet»

répertorie le nombre de tweets envoyés

sur Twitter depuis quelque temps déjà.

C'est ce qui a permis de surveiller quel tweet

allait atteindre ce chiffre impressionnant,

bien que rien n'indique que l'ensemble

des cinq milliards de tweets provenait

uniquement des utilisateurs de Twitter.

Par exemple, le site CNET indique

que les ingénieurs de Twitter auraient

gonflé le nombre de tweets

à quelques reprises, notamment

en envoyant des tweet-tests.

À l'heure de la publication, le nombre

de tweets atteignait les 5 023 874 736.

Ce chiffre augmente très rapidement. 

par Aude Boivin Filion

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

Bill Gates Injects Shs40 Billion in Sweet Potato Project

The Monitor (Kampala)


Anthony Wesaka

The International Potato Centre (IPC) has launched

a multi-million project to leverage the untapped

potential of sweet potato to significantly

improve the nutrition, incomes and

food production of farming

families in Sub-Sahara Africa.

The project is mainly funded by

the Bill and Melinda Gates Foundation

which has injected $21m (about Shs40b)

to support the five-year Sweet Potato Action

for Security and Health in Africa

in eight countries with Uganda

taking nine per cent (about Shs3.4b)

The project will be launched on Monday.

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

The First Lady Thanks V.A. Workers

Susan Walsh/Associated Press First Lady
Michelle Obama visited
the Department of Veterans Affairs on Tuesday

By Rachel Swarns

The missions of the First Couple melded

on Tuesday, with First Lady Michelle Obama

praising employees at the Department

of Veterans Affairs for helping

the nation's military.

Just a short while later, President Obama

honored a regiment of soldiers for their

heroism during the Vietnam War,

saying their bravery inspired

all Americans during this time of war.

"You're their health care providers; you're

their life insurers,'' Mrs. Obama told

the employees at the veterans agency.

"And you're the key to educational
opportunity for many of them.

You help them buy homes, which is really

truly the very claim to the dream

that they defend.

And while you do all that, you're working

to transform this very system to be

the 21st century organization that's worthy

of today's veterans and

the veterans of tomorrow.

So I wanted to say thank you for all of that.''

It was Mrs. Obama's 12th visit to

a federal agency this year and

an opportunity to focus on the military

and military families, one of her priorities.

(Last week, Mrs. Obama visited soldiers

and their families at Eglin Air Force Base in Florida.)

In both visits, she made a point

of touting her husband's efforts

to support the military, military families and veterans.

Mrs. Obama said that the Obama administration

is expanding health care coverage

to an additional 500,000 veterans,

increasing the number of mobile

health clinics and expanding access

to care in rural areas.

She said officials are increasingly

focused on post-traumatic stress

and traumatic brain injuries,

which she described as "the new care

required for today's wars."

She said the budget includes the biggest

single-year percentage increase

in financing in three decades.

And she noted that the president

will sign into law the Veterans

Health Care Budget Reform

and Transparency Act on Thursday.

"This legislation guarantees a timely

and predictable flow of funding

for VA medical care because

that's what's required to guarantee

better care to the men

and women who serve this country,''

Mrs. Obama said.

"After all, our veterans' unwavering

belief in this country is what inspired them

to serve in the first place; they deserve

our unwavering support in return,''

the first lady said. "They deserve

the care that they were promised

and they deserve the benefits that they earned.''

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

Prix Nobel pour les immigrés

Parmi les huit Américains qui ont raflé cette année

les prix Nobel de chimie, physique et médecine,

quatre étaient des immigrés: nés à l'étranger

et arrivés aux États-Unis comme

étudiants ou chercheurs.

Le chiffre devrait faire réfléchir tous ceux

qui cherchent à restreindre l'accueil

d'étudiants étrangers, espèrent les militants

d'une politique d'immigration plus généreuse,

et les scientifiques.

Si tous ces prix Nobel avaient avoué

aux garde-frontières, lors de leur arrivée,

qu'ils comptaient s'établir aux États-Unis,

ils auraient été aussitôt refoulés,

rappelle Susan Hockfield, présidente

du Massachusetts Institute of Technology,

dans une tribune publiée ce matin

par le Wall Street Journal.

La loi actuelle exige que les étudiants

retournent dans leur pays une fois

leur diplôme acquis, pour redemander

un visa d'immigration s'ils veulent

ensuite revenir travailler aux États-Unis.

L'Amérique a d'autant plus besoin

d'importer ses Prix Nobel que

la concurrence internationale

en matière d'éducation supérieure

a beaucoup augmenté ces dernières années,

rappelle aussi la présidente du MIT.

Selon les classements de l'OCDE,

les États-Unis étaient le premier pays

au monde pour la proportion de bacheliers
dans les années 1960.

En 2005, les États-Unis n'étaient plus

qu'au 21ème rang mondial sur

cette échelle, qui prédit aussi

un peu l'avenir des nations

Link here

Sent from Kigali, Rwanda


Marie Bové dénonce un «parallèle indécent» avec Jean Sarkozy

La fille du député européen José Bové est
candidate à la candidature comme tête
de liste Europe-Écologie en Aquitaine
pour les régionales de mars 2010


Fille de, certes, mais surtout «femme» et
«non-Verte». C'est ainsi que Marie Bové a défendu
son offre de candidature comme tête de liste
Europe-Écologie en Aquitaine pour les régionales
de mars 2010.

Alors que la polémique autour de la propable
accession de Jean Sarkozy à la tête de l'Epad
n'en finit pas de rebondir, cette militante du
mouvement social et solidaire
de 34 ans, a dénoncé un «parallèle indécent».

«J'ai déjà un parcours. Je n'ai pas été nommée,
je suis candidate pour me retrouver
devant le suffrage universel», a argué la fille
du député européen, José Bové,
mercredi à Bordeaux, à l'occasion
d'un rassemblement de cheminots opposés
au démantèlement du fret ferroviaire.

Cette candidature est dans «la continuité
de mon combat militant», assure celle qui a travaillé
sept ans pour le Comité catholique contre
la Faim et pour le Développement (CCFD)
à Marseille avant d'être embauchée
par le groupe socialiste à
la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB).

«J'ai été contactée début octobre
par Noël Mamère», le députe-maire Verts de Bègles,
qui a décliné l'invitation à diriger
la liste Europe-Écologie, puis «j'ai pris
une semaine de réflexion» avant d'accepter
de présenter ma candidature, a-t-elle raconté.
«Personne ne dira José pour Marie»

Soulignant une «différence radicale»
entre la promotion de Jean Sarkozy et
la candidature de Marie Bové, Daniel Cohn-Bendit
a fait valoir que celle-ci «a une histoire»,
une «consistance», «un militantisme» et
que son père n'a «aucune action dans l'histoire».

«On ne propose pas à Marie Bové un poste,
un fief, on lui propose un défi (...)
et ce sont les électrices et les électeurs
qui décideront» si elle est désignée tête de liste
par les militants, a insisté l'eurodéputé sur RTL.

«La possibilité d'une candidature de Marie Bové
a commencé longtemps avant l'histoire de Jean Sarkozy.
De Nicolas pardon, non de Jean, enfin
c'est un peu la même chose.
Vous voyez on s'y perd», a-t-il chambré,
ajoutant: «Personne ne dira
José Bové pour Marie Bové.»

Son «parrain politique», Noël Mamère
 a une nouvelle fois défendu, mercredi,
Marie Bové, jugeant «insultant que
l'on compare sa situation à celle
de Jean Sarkozy»: «Marie Bové n'est pas
une héritière, de quel fief son père serait-il
le propriétaire?
S'il a un fief c'est le Larzac où il y a plus
de moutons que d'électeurs», a-t-il ironisé,
insistant sur sa «légitimité militante»,
son «ancrage en Aquitaine».

Ex-Verts, ralliée au Parti de gauche,
Martine Billard n'est, elle, «pas convaincue que
les Verts auraient été la chercher
si elle ne s'était pas appelée Bové».
 Elle reproche au rassemblement initiée
par Cohn-Bendit de privilégier
la logique de la belle prise: «A vouloir
rechercher le casting à tout prix,
cela lui retombe dessus à elle...
C'est dommage.

Elle pouvait être élue sans être proposée
comme tête de liste parce que
dans le contexte actuel cela donne
l'impression que pour avoir des chances
d'arriver dans la vie
il faut être fils ou fille de...»

La jeune femme a, par contre, reçu le soutien de...
Frédéric Lefebvre: «Si la fille de José Bové
veut se présenter devant les électeurs,
je n'y vois que du positif.
Je ne la connais pas, Noël Mamère dit
qu'elle a beaucoup de qualités,
ce sont les électeurs qui trancheront»,
a vanté le porte-parole de l'UMP.
D'humeur, ces derniers temps,
à prendre la défense des «fils de»,
Lefebvre a énuméré, sur
France Inter: «le fils du général de Gaulle a été élu,
la fille de Jacques Delors a été élue,
le fils de Valéry Giscard d'Estaing a été élu,
le fils de François Mitterrand a été élu...
je ne vois pas en quoi ce serait un problème
à partir du moment où les électeurs le décident.»

Les candidats à la candidature seront entendus
 dimanche par les instances locales
d'Europe-Écologie et la tête de liste
devrait être désignée «mi-novembre».

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

Les banques pratiquent des frais illégaux, selon «60 Millions de consommateurs»

Un dépassement de découvert d'un euro
peut être facturé de 5,90 à 10 euros,
selon les établissements, explique le journal.

60 Millions de consommateurs demande
au Parlement de modifier le régime
des commissions prélevées par les banques
lors de dépassement de découverts,
les jugeant «illégales» et «scandaleuses
autant par leur montant que leur répétitivité».

Le mensuel de l'Institut national de la consommation
(INC) demande aux «parlementaires qui débattent
du projet de loi sur le crédit à la consommation
d'intervenir pour mettre fin (au) scandale»
de ces commissions, dans son édition de novembre.

Pour 60 millions de consommateurs,
«les commissions devraient être incluses
dans le calcul des TEG»,
les taux d'intérêt globaux.

Le TEG attaché à un crédit ne peut légalement
dépasser le taux d'usure, qui est actuellement
de 21,4% pour un prêt inférieur à 1.524 euros,
et de 20,2% pour un découvert d'un montant supérieur.
Il comprend les taux d'intérêt mais aussi
les frais, commissions ou rémunérations
attachés à la fourniture de ce prêt,
selon la définition qu'en donne
le code la consommation.

Par le biais des commissions, «les TEG réels
qu'appliquent les banques dépassent
en fait le taux d'usure»,
soutient 60 millions de consommateurs.

Un dépassement de découvert d'un euro peut être
facturé de 5,90 à 10 euros,
selon les établissements, note le journal.

Celui-ci fonde son propos en invoquant
un arrêt de la Cour de cassation,
rendu le 5 février 2008. La Cour avait estimé
que les frais facturés par une banque
au client qui l'avait saisie auraient dû être
inclus dans le calcul du TEG, selon cet arrêt
mis en ligne sur le site de 60 Millions de consommateurs.

Annie Bac, responsable du service juridique
de la Fédération bancaire française,
citée par le magazine, a estimé que l'arrêt
visait une situation particulière, «dans laquelle
la banque avait, dans la convention,
lié l'octroi d'un crédit supplémentaire
à l'application de la commission».

De manière générale, les frais ne doivent pas être
considérés selon elle comme attachés au crédit,
«il s'agit de rémunérer l'examen du compte
et de la situation du client avant paiement».
«Dans ces cas, la commission
n'a pas à entrer dans le calcul du TEG», dit-elle.

Analyse «très habile», qui rend nécessaire
une clarification de la loi,
selon 60 Millions de consommateurs.

L'Institut national de la Consommation
est un établissement public, placé
sous la tutelle du ministre de la Consommation,
dont la mission est de fournir un appui technique
aux organisations de consommateurs agréées,
de produire des études, de mettre en oeuvre
des actions de formation
et d'éducation à la consommation.

(Source AFP)

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

Le Mur, une relique qui rapporte


La plupart des morceaux du Mur sont repeints.
Pour les plus petits bouts,
on a choisi des tags aux teintes pastel


Berlin Correspondante

Il repose dans un entrepôt anonyme à
l'extrémité nord de Berlin.
Le Mur, inoffensif, débité en milliers de morceaux.
Des segments entiers de 3,60 mètres de haut
sur 1,20 mètre de large et des montagnes
de petits fragments entassés dans
des cartons à fruits et légumes.

Sur des présentoirs, plusieurs centaines
de cartes postales sont incrustées
de minuscules éclats.

Le propriétaire des lieux, Volker Pawlowski,
est le principal "grossiste" des magasins
de souvenirs de la capitale allemande.
Il fournit aussi hôtels, institutions et entreprises.
 "Aujourd'hui, je détiens quasiment le monopole",
se vante-t-il, riant de ses concurrents
qui, selon lui, n'en sont pas vraiment.
La plupart des morceaux sont repeints.
Pour les plus petits bouts, on a choisi
des tags aux teintes pastel.
Et pas question de s'encombrer
de scrupules : "Le béton gris, ça ne
se vend pas bien."
Mais des couleurs un peu trop fraîches
ne risquent-elles pas de rebuter les acheteurs ?

"La seule chose qui compte, c'est que
la pierre soit d'origine", affirme-t-il.
L'homme va et vient, d'un pas pressé.
Dans la cour, un camion charge
deux gros segments commandés
par un parc de loisirs en Bavière.
Avant la livraison, des artistes sont venus
redessiner les fresques d'antan.

Prix de vente : 7 000 euros la paire.
Ce genre de pièce trouve davantage
preneur cette année, avec
le vingtième anniversaire de la chute
du Mur.
Volker Pawlowski se frotte les mains.

Pour lui, tout a commencé en 1992.
L'idée lui vient en croisant des vendeurs
à la sauvette dans les allées
d'un marché aux puces.
Le Berlinois décide, lui,
de faire les choses en grand.
A l'époque employé dans le bâtiment,
il contacte des entreprises de
travaux publics chargées de recycler le Mur.

Mois après mois, il en rachète
près de 250 mètres.
Pour combien ?
Il ne veut pas le dire.

A 52 ans, M. Pawlowski assure qu'il lui reste
de quoi fournir ses clients
 "jusqu'à la fin de (sa) vie".
Pragmatique, le commerçant
décrit : "Le Mur, pour moi, c'est un produit
comme un autre.

C'est mon business." Il emploie trois personnes
à temps partiel pour faire tourner
cette affaire somme toute "très rentable".

Vingt ans après sa chute, le Mur a bel et bien
changé de nature. Les touristes à sa recherche
le trouveront plus facilement sur les étals
des marchands de souvenirs que
dans les rues de la capitale allemande : à l'exception
de quelques rares tronçons, il ne reste aujourd'hui
 plus rien du "rempart anti-impérialiste"
de 155 kilomètres qui encercla Berlin-Ouest
pendant vingt-huit ans.
Le sinistre ouvrage s'est évaporé.

Dès la première brèche, des blocs entiers
ont été démontés par de simples Berlinois,
armés de pioches et de marteaux.
Ces anonymes, baptisés les "Mauerspechte",
(pics-verts du Mur) ont parfois amassé
de véritables collections.
Plus tard, des dizaines de milliers de tonnes
de béton brut ont été concassées,
puis réaffectées à la rénovation
des routes est-allemandes.

Quant aux pans du centre-ville recouverts
de fresques multicolores,
le gouvernement de la RDA finissante
en a vendu les plus beaux morceaux.

Des entrepreneurs de l'Ouest ont aussi
flairé l'opportunité commerciale : grâce
à leurs contacts à l'Est, certains furent
mandatés pour organiser des ventes
aux enchères, dont la plus célèbre
eut lieu à Monaco, en juin 1990.
L'argent était censé profiter
aux Allemands de l'Est.
En réalité, personne n'a jamais vraiment su
qui toucha les juteux bénéfices.

"Depuis cette époque, on peut trouver
des morceaux décorés un peu partout
 dans le monde : au Vatican, à l'ONU
ou encore au siège de Microsoft",
raconte Ralf Gründer, journaliste
et auteur d'ouvrages traitant du Mur.

Les années passent, mais la fascination
reste intacte. L'ancien symbole de Berlin
est encore l'objet d'innombrables présents.
On a ainsi vu la chancelière Angela Merkel
offrir un morceau de belle taille
à Nicolas Sarkozy au mois de mai,
lors d'un meeting commun pour la campagne
des élections européennes.

Même gratification pour le coureur
jamaïcain Usain Bolt : la mairie de Berlin
lui a remis un bloc de 2,7 tonnes,
en guise de récompense pour
ses trois titres mondiaux remportés
lors des championnats d'athlétisme au mois d'août.

L'offre est toujours abondante.
Sur chaque site emblématique du Berlin divisé,
le touriste se voit proposer des bouts
de béton de toutes les tailles et pour tous les prix.
Comptez 3 euros pour quelques miettes,
50 euros pour un gros parpaing,
voire le double s'il est très décoré.

L'"Histoire" continue de faire recette.
"Les morceaux de Mur, c'est l'article
qui se vend le mieux.
Aux étrangers, mais aussi aux Allemands
qui visitent la ville, confie la propriétaire
d'un stand à quelques encablures
de Checkpoint Charlie.
J'en écoule tous les jours, et de plus en plus
à mesure qu'on s'approche du 9 novembre."

Quant à prouver l'authenticité de toutes
ces reliques, c'est plus difficile. Chacun tente
à sa façon de rassurer les acheteurs.
Certains magasins fournissent
des "certificats" frappés d'un sceau
aux armes de la RDA.

Tout à fait illusoire, bien sûr...
"Il n'existe pas d'organisme officiel
chargé de garantir l'origine des morceaux",
rappelle Alexandra Hildebrandt,
directrice du Musée de Checkpoint Charlie.

Le plus souvent, la méfiance règne
entre les commerçants. "Les autres font ce
qu'ils veulent, mais, chez moi, les gens achètent
car ils voient que c'est du vrai", décrète ainsi
Gerd Glanze, un ancien "Mauerspechte".

L'homme a ouvert sa boutique au début
de l'East Side Gallery, la plus longue section
de Mur (1,3 km) restée debout.
Sur les étagères, il a exposé des cartes postales
pour le moins artisanales : il y est représenté
en train d'arracher des fragments,
un maillet à la main. La légende précise : "Personne n'a
détruit à lui tout seul autant
de Mur de Berlin que Gerd Glanze".

Il tend un morceau, l'air triomphant.
"Voyez, les couleurs, ce sont les mêmes
que sur la photo."
On aimerait le croire, mais la démonstration
n'est qu'à moitié convaincante...
Son local, en tout cas, ne désemplit pas.

"Rapporter un bout de Mur, pour les touristes,
c'est important, explique cet
ancien Berlinois de l'Est. C'est aussi
symbolique que photographier la tour Eiffel à Paris."
L'exploitation mercantile de l'ancien rideau
de fer n'est pourtant pas
du goût de tout le monde.
Certains crient au détournement.
Tel l'artiste Peter Unsicker, dont l'atelier
se situait - côté Ouest - à quelques mètres
de l'enceinte.
Pendant des années, il l'a taguée au nez et
à la barbe des "Vopos". Il se rappelle bien
ces jours de l'automne 1989,
 l'hilarité vengeresse des Berlinois.
Par centaines, il les a vus se ruer
sur les pierres pour les faire tomber.

Des pierres aujourd'hui enfermées
dans du Plexiglas ou montées en porte-clés
pour séduire le chaland...
"C'est désolant, juge-t-il.
On a commercialisé la notion de liberté."

Marie de Vergès

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

Taser aux policiers: «Évitez les tirs sur la poitrine»

 Un Taser X26. (Christinne Muschi / Reuters)

Pour la première fois, le fabricant américain
de pistolets à décharge électrique
reconnaît un risque cardiaque «minime».

Le fabricant américain de pistolets
à décharge électrique Taser International
a reconnu pour la première fois que
l'impulsion électrique de ses pistolets controversés
pouvait provoquer un risque cardiaque
«minime» et conseille aux policiers
de ne pas viser le thorax.

Dans un «guide de visée du Taser» publié
mi-octobre à l'intention de ses usagers, Taser indique
qu'il est préférable «quand cela est possible,
d'éviter les tirs sur la poitrine, ce qui évite
la controverse de savoir si
un tir de pistolet électrique a
une incidence ou non sur le coeur».

Quand l'impulsion du pistolet a
un effet sur le coeur, «les recherches
ont conclu que la distance qui sépare
le coeur du dard d'un pistolet en
est le premier facteur explicatif»,
affirme le fabricant dans son guide
au langage très technique et mesuré.

Ce dernier note toutefois que les accidents
cardio-vasculaires sont de toute façon
une des premières causes de décès
aux Etats-Unis et que «ce genre
de décès arrive aussi sur un cours de golf».

Néanmoins Taser préconise d'«abaisser
le point de tir lors d'une décharge frontale
vers le bas de la masse
plutôt que le centre», encourageant à tirer
vers le bas de l'abdomen plutôt
qu'au niveau du thorax.

Le Taser permet de neutraliser un suspect
en libérant une décharge qui provoque
une paralysie neuro-musculaire.

Cette arme, utilisée par 14.200 groupements
de forces de l'ordre dans le monde dont
au moins 12.000 en Amérique du nord,
mais aussi en Grande-Bretagne
et en France, est présentée comme
une alternative, moins dangereuse,
aux armes à feu.

Selon Amnesty international, entre 2001
et décembre 2008, 351 personnes ont trouvé
la mort après avoir subi une décharge de Taser.

(Source AFP)

Link here

Sent from Kigali, Rwanda

L'Irak échoue à se doter d'une loi électorale

Le Parlement irakien a échoué mercredi 21 octobre
à trouver un accord sur une nouvelle loi électorale,
rendant problématique la tenue d'élections générales
à la mi-janvier, étape cruciale au moment où
les forces américaines s'apprêtent à se retirer.

"Les groupes politiques ne sont pas arrivés
à un accord sur la question de Kirkouk et cette question
est devenue encore plus compliquée malgré
les négociations et les médiations", a affirmé
à la presse son président Iyad al-Samarraï.

Les Kurdes exigent d'être majoritaires dans
cette province de 900 000 habitants riche en pétrole,
qu'ils veulent annexer à leur région autonome,
alors que les Arabes et les Turcomans accusent
ces derniers de s'installer en masse dans cette
province pour modifier l'équilibre
démographique en leur faveur.

La question de Kirkouk avait déjà conduit au report
des élections provinciales dans
ce gouvernorat en janvier 2009.
"Face à l'impossibilité d'aboutir à un compromis
sur Kirkouk, j'ai transmis la loi électorale au Conseil
politique de sécurité nationale pour qu'il prenne
une décision d'ici dimanche. S'il y arrive,
le Parlement se réunira lundi pour voter
la nouvelle loi", a ajouté M. Samarraï.

Les élections sont prévues le 16 janvier et la commission
électorale a affirmé à plusieurs reprises qu'il lui fallait
quatre-vingt-dix jours pour préparer
ce scrutin décisif pour l'avenir du pays.

Le président Barack Obama avait appelé mardi
au vote rapide de la loi électorale par
le Parlement irakien pour que les élections
législatives puissent se tenir
en janvier comme prévu, après avoir reçu
le premier ministre Nouri Al-Maliki
à la Maison Blanche.

L'envoyé spécial du secrétaire général
de l'ONU en Irak, Ad Melkert, a souligné pour sa part
mercredi dans un communiqué,
avant la décision du Parlement, que "le temps
devient critique et tout report dans l'adoption
de la loi risque d'affecter la crédibilité
du processus électoral".

Link here